L’ours brun M13 est mort

Est-il illusoire de croire que l’ours et l’homme peuvent cohabiter en Suisse?
Le débat est plus que jamais d’actualité suite à l’abattage hier d’un Ours brun dans les Grisons. Nommé M13 par les scientifiques qui assuraient son suivi, l’ours avait fait parler de lui cet automne en s’approchant un peu trop des habitations. Il avait alors été jugé comme « problématique ». A peine sorti d’hibernation, il y a deux jours, M13 s’est retrouvé face à face avec une jeune adolescente en forêt. Bien que ne l’ayant pas agressé, l’ours a été jugé  comme « manquant de respect vis à vis de l’homme »… Cette rencontre a signé son arrêt de mort puisque la décision a été prise d’abattre l’ours.

Ours brun

Le loup de retour en Suisse avait déjà fait l’objet de tirs, c’est maintenant au tour de l’ours. Nous pouvions pourtant penser qu’un pays comme le notre, dans lequel la Nature est souvent mise en avant, était capable d’accueillir le retour de ces supers prédateurs, c’était visiblement utopique. Pourtant l’exemple de pays comme la Roumanie montre que nous pourrions vivre avec les ours si nous en acceptions la présence. N’avions nous pas les moyens de tenter de simplement déplacer dans un premier temps cet ours loin des habitations et de suivre ses déplacements ?


Commentaire

L’ours brun M13 est mort — 2 commentaires

  1. Il y a des gens qui se décarcassent pour faire revivre ces animaux et d’autres qui prennent un plaisir à tout détruire !!!
    Pourra t-on changer quelque chose un jour ????

  2. J’avais appris par voie de presse (journal Le Soir) le triste sort réservé à cet ours. Vue de Belgique, la Suisse semble pourtant être le pays qui est arrivé à concilier développement économique et protection de la nature. Visiblement et malheureusement, ce n’est pas forcément toujours le cas. C’est bien dommage que d’autres alternatives que l’élimination de cet ours n’ont pas été envisagées comme par exemple le déplacement de l’ours sur une zone moins fréquentée en Suisse voire si d’autres pays de la CE n’aurait pas été demandeur pour le réintroduire.

    Une telle décision ne peut également que m’interpeller. En Belgique, dans les 10 prochaines années au maximum, on assistera au retour de deux prédateurs : le Lynx et le Loup (on commence à trouver des indices sérieux qui permettent de penser à leur retour). Je ne peux que m’interroger sur les réactions du « grand public » car certains relateront qu’ils ont été « menacés » par un loup ou que la rencontre visuel avec un Lynx leur a fait craindre le pire. Je crains une réaction similaire des autorités politiques belges cédant facilement à l’opinion publique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *